Assistance importante pour le 8 mai …

Comme partout en France, la commune a commémoré la fin de la Seconde guerre mondiale en Europe. 

Une assistance importante s’est recueillie au monument aux Morts de Millas pour célébrer le 78e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945. Les autorités civiles et militaires (gendarmes et pom- piers) étaient en place autour de Jacques Garsau, maire de Millas, et des élus. Joseph Almodovar, vice-président des Amis du Maquis Henri Barbusse était présent parmi les autorités. Après le traditionnel tour de ville précédé de la fanfare, ce fut la lecture des messages officiels et des discours. Jacques Garsau est allé déposer une gerbe au nom de la municipalité. 

 

Discours de Mr le Maire, Jacques GARSAU

(Seul le prononcé fait foi)

 

DISCOURS DU MAIRE

CEREMONIE DU 8 MAI 2023

 

 

Le Commandant René BONDOUX est présent aux côtés du Maréchal de Lattre, lors de la signature de l’acte solennel de capitulation de l’armée ALLEMANDE. Cet acte est signé dans la nuit du 08 mai à côté de Berlin.

Voici ce que René BONDOUX relate :

« Le spectacle des officiers allemands atteint le pathétique. L’armée allemande a voulu mourir en beauté. Ce sont des hommes magnifiques qu’elle a choisis pour être témoins de son acte de décès… Leurs mâchoires sont contractées, l’un d’eux se mord les lèvres au sang pour se dominer et refuser à ses ennemis l’orgueil de le voir sangloter… »

 

Le 8 mai 15H00 la victoire est proclamée dans les capitales alliées. 

 

En écho dans chaque village, dans chaque ville, a résonné la Marseillaise pour célébrer la fin d’un terrible calvaire dont personne, ne mesurait véritablement l’ampleur. 

Ils sont de moins en moins nombreux aujourd’hui parmi nous, à avoir vécu ces instants et à pouvoir en témoigner. 

Nous qui sommes nés après ces moments terribles, nous avons le devoir d’en transmettre la mémoire pour que plus jamais une traction avant noire traversant un village ne devienne synonyme de violence et d’horreur…

Cette guerre a ravagé toute l’Europe durant six terribles années. 

Elle s’est poursuivie durant de longs mois en Asie et dans le Pacifique. 

Elle aura fait entre 60 et 80 millions de morts dans le monde et plusieurs millions de blessés marqués à vie dans leur cœur et dans leur chair. 

En 1945 la France pleure 600 000 morts et compte des millions de personnes déplacées, sans abri ni ressources. 

Parce qu’au conflit militaire entre Nations, s’est ajoutée une persécution systématique, méthodique de populations civiles, hommes, femmes, enfants parce qu’ils étaient juifs, parce qu’ils étaient slaves, parce qu’ils étaient tziganes, parce qu’ils étaient opposants politiques, parce qu’ils étaient homosexuels, parce qu’ils étaient handicapés ou tout simplement parce qu’ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment ! 

Tous pourchassés, déportés, ou fusillés avec une seule volonté, celle de nier leur humanité et de les réduire au silence. 

 

Aujourd’hui, dans une France en paix, – Nous avons le devoir de penser à eux, mais aussi à ces soldats de l’armée d’Afrique, aux soldats des armées alliées venus parfois donner leur vie sur le sol de France.

Nous avons le devoir de penser aux membres des Forces Françaises Libres, à tous les combattants de la résistance qui luttèrent contre l’ennemi avec une totale abnégation. 

Nous avons le devoir de penser à tous ces hommes qui refusèrent d’aller en Allemagne, réfractaires au Service du Travail Obligatoire et qui ont pris les armes. 

Nous avons le devoir de penser à toutes ces femmes qui, un message cousu dans la doublure d’une veste, ont sauvé une famille entière de compatriotes pourchassés, parce que nés juifs. 

Nous avons le devoir de penser à cette armée des ombres qui a contribué à chasser l’armée d’occupation de notre pays et à rendre leur liberté aux pays européens. 

Liberté, Egalité, Fraternité, trois mots que nos ainés ont défendues dans leur chair et au prix de leur vie. 

Ils les ont portées pour ouvrir de nouveaux horizons et jeter les bases d’une République plus robuste. 

Le 8 mai 1945, à l’heure de la victoire, la France siège aux côtés des alliés à la table des vainqueurs et reçoit la capitulation de l’Allemagne nazie. 

Le 8 mai 1945, la France retrouve sa souveraineté et l’intégrité de ses frontières. 

Le 8 mai 1945, la France retrouve également son âme. 

De l’horreur de la guerre est né aussi un espoir : celui d’un monde de coopération et de paix entre les peuples. 

 

La paix… à nous de la préserver et de porter haut et fort les valeurs républicaines et démocratiques que nos ainés nous ont léguées. 

N’oublions pas que chaque jour, dans le monde, nos forces armées défendent cette vision du monde qui nous rassemble et pour laquelle nos aînés se sont battus. Chaque jour, nos militaires, au péril de leur vie défendent ce que nous avons de plus cher, la liberté

Enfin, souvenons-nous toujours que c’est au courage de ces hommes et de ces femmes que nous devons notre chance de vivre dans un pays libre. 

Ensemble, rendons-leur l’hommage qui leur est dû.

 

 

 

Je terminerai mon propos pas un extrait du discours radiodiffusé le 8 mai 1945 du Général de Gaulle 

 

« Honneur ! Honneur pour toujours, à nos armées et à leurs chefs ! Honneur à notre peuple, que des épreuves terribles n’ont pu réduire, ni fléchir ! Honneur aux Nations Unies, qui ont mêlé leur sang à notre sang, leurs peines à nos peines, leur espérance à notre espérance et qui, aujourd’hui, triomphent avec nous. »

 

 

Vive la paix, Vive la République, Et Vive la France.