Un pessebre masqué à l’église Sainte-Eulalie

Tradition Catalane

Pour prolonger la magie de Noël, l’Estudiantina d’Illoise dirigée par Julien Selva-Bénézis, interprète la Pastorale de Mossen Joseph Bonafont dans une église Sainte Eulalie copieusement garnie.
Une des plus belles traditions catalanes qui soit, puisqu’il s’agit du pessebre vivant ou créche vivante en catalan.
Créée  en 1925 par le chanoine Mossen Bonafont, la pastorale d’Ille sur têt, devenue l’Estidiantine en 1972, transmet par des chants religieux le message initial de partage, en lien avec la représentation de la Nativité, dont la théâtralisation de tableaux mettant en scène la naissance de l’Enfant Jésus. Actuellement, c’est sous la direction de Julien Selva-Bénézis et de Cécile Monier, qu’une cinquantaine de chanteurs, interprètent des chansons traditionnelles en  catalan. Ce groupe d’hommes et de femmes sur trois générations, aux multiples talents et aux très belles voix, témoigne avec émotion de son attachement à sa culture et à sa terre. Ils essaiment à travers le département, le message de la Nativité.

On chante à pleine voix, malgré le masque

Claudine Tarenne (vierge Marie), Julien Selva-Bénézis (chef de coeur), Jérôme Parilla (Ténor), les choeurs… tous étaient masqués. Un masque qui n’a nullement entamé leur enthousiasme. Pas facile de chanter dans ces conditions, mais ils le font avec tout leur coeur et ca s’entend !
Que ce soit en interprétant « El cant dels ocells » ou « Gloria », l’image est singulière : les choeurs masqués relèvent le défi de chanter à l’unisson malgré cette « barrière de son ».
Privés de spectateurs depuis un an, ces artistes sont heureux d’être sur scène. Mais chanter en temps de Covid reste un défi bcar le masque perturbe beaucoup l’émission du chant.

Et à quelques jours de Noël, c’est cette émotion si particulière que l’Estudiantine a su magnifiquement faire passer au public Millassois, témoignant ainsi de son attachement à une belle tradition profondément enracinée en terre catalane.